Vous êtes ici : Accueil > Activités péri-scolaires > Solidarité : opération Bol de riz
Par : CE2
Publié : 26 mars 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Solidarité : opération Bol de riz

     
   
 
 
     
 


Ce vendredi, les enfants du CP au CM2 ont participé à une opération BOL DE RIZ.


Depuis plus de 25 ans, l’opération bol de riz, initiée au départ par René Hoffmann, au profit de l’Afidesa (Association finistérienne pour le développement du Sanguié) est une tradition bien ancrée dans les écoles du pays bigouden. Et elle perdure, grâce à la volonté des directeurs et des enseignants, qui proposent à leurs élèves, une fois par an, de participer à cette opération de solidarité.


L’objectif de cette opération est double, précise Angeline Bosser, la présidente de l’Afidesa : d’une part sensibiliser les enfants aux problèmes d’alimentation dans les pays africains et d’autre part récolter des fonds au profit des actions de l’Afidesa. Il s’agit donc d’expliquer aux élèves que, dans le monde, et par exemple dans la région du Sanguié au Burkina Faso, tous les enfants ne mangent pas à leur faim. La cantine là-bas, précise encore Angeline Bosser, "est approvisionnée pour moitié par une dotation de l’Etat, pour moitié par les parents. Mais si la récolte a été mauvaise, comme en 2012 par exemple, les enfants n’ont rien à manger." Autrement dit, "un bol de riz pour eux, c’est énorme ! C’est ce qu’ils ont dans le meilleur des cas" souligne encore la responsable. En mangeant donc un unique bol de riz, les écoliers d’ici se montrent solidaires. Et d’autre part, la différence entre le coût classique d’un repas de cantine et ce bol de riz, est reversée à l’Afidesa, permettant donc à l’association de récolter des fonds. 


Et pour cette année, les écoles de Plonéour-Lanvern, de l’établissement Sainte-Anne au Guilvinec, Saint-Joseph de Plobannalec et Saint-Jospeh de Penmarc’h ainsi que les écoles de Plomeur ont participé à l’opération.
 
Les participants avaient en tous les cas le sourire et semblaient franchement contents de bousculer un peu leurs habitudes alimentaires pour participer à une bonne cause, à laquelle ils avaient tous été sensibilisés. En effet, les bénévoles de l’Afidesa, étaient venus expliquer aux élèves les conditions de vie, notamment scolaires, des enfants du Sanguié, raconter des histoires...

Les écoliers ont ainsi appris que, dans la région du Sanguié où l’Afidesa suit 22 écoles primaires, il y a 500 élèves par établissement, soit en moyenne près de 100 enfants par classe ! Au-delà de ce sureffectif qui rend l’apprentissage très difficile, sinon impossible, les moyens restent rudimentaires, comme l’ont encore constaté les membres de l’association partis sur place en mission pendant trois semaines en février dernier : manque criant de matériel pédagogique, mais aussi salles de classes à restaurer et à dédoubler, réparation des tables-bancs, installation de latrines et réfection des pompes à eau ...


Autant de missions à accomplir pour les bénévoles de l’Afidesa qui apprécieront très certainement de voir les élèves participer, à leur échelle - en renonçant aux plaisirs habituels et au confort quotidien - à une belle action humanitaire. Jolie leçon... merci, les enfants !